Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Nos Pistes Cyclables
  • Nos Pistes Cyclables
  • : A bas les éclats de verre sur les Pistes Cyclables !
  • Contact

Ce Blog

humour-blog

23 février 2017 4 23 /02 /février /2017 02:53

Le contexte :

Après deux années de correspondance suivie avec son écrivain fétiche, Liouba débarque chez lui à Paris sans prévenir...

Voyons d'abord comment Bernard PROU introduit la belle...

L'auteur de ce roman historique, écrit en 3 ans, s'est vu obligé initialement de l'auto-éditer, après refus de tous les éditeurs contactés... Il appellera sa maison d'édition "Editions la Brouette"...

Suit le succès du livre, vendu à l'unité par l'auteur lui-même, avant qu'une chronique du libraire vedette Gérard Collard le lance sur le firmament des grands écrivains ! Le roman sera ensuite publié par les Livres de Poche...

Liouba la russe... chez Maupassant !

Le texte :

Se tournant vers Liouba, le domestique demanda d’un ton un peu sec :

— Qui dois-je annoncer mademoiselle ?...

— Lioubov Andreïevna Vassilkova… Enfin… Dites plutôt : Liouba… Liouba Vassilkov.

...

Guy sourit et Liouba continua :

— Notre correspondance a projeté sur vous un éclairage différent...

— Je redoutais que votre venue ne rompe le charme de notre correspondance. Que ne vous ai-je rencontrée plus tôt. Puis il ajouta : « Vous êtes bien la fille de la Galina ? »

...

Le soir de la première de Henry VIII de Camille Saint-Saëns, Galina Vichnevskaya, avait été ovationnée. Dans la salle, Pierre-Auguste Renoir partageait le transport du public. À la fin de la représentation, il rencontra la cantatrice et sa fille. Subjugué par la joliesse de cette dernière, il la prit comme modèle.

Le peintre traversait sa période sèche. Longtemps il avait battu la dèche mais soutenu par son ami Paul Bérard, diplomate et banquier, il accédait toile après toile à la notoriété.

Renoir œuvrait et Liouba lui servait de modèle. C’est elle, la jeune fille au panier, qui figure sur Les Parapluies, c’est elle qui posa pour la Fille au chapeau de toile. C’est encore Liouba qu’on admire chalouper sur le tableau intitulé : Danse à Bougival, vêtue d’une robe blanche, entre les bras d’un adroit cavalier.

Renoir - Les parapluies

Renoir - Les parapluies

Renoir - Dance à Bougival.

Renoir - Dance à Bougival.

...

Portée par l’arrogance de sa jeunesse et servie par une beauté sans défaillance, elle s’adressait à ses consœurs avec de suaves intonations slaves : « Balancez vos corsets et vos maris aux orties ! Libérez vos fesses ! Libérez vos seins ! »

​​​​​​Très vite, elle devint la coqueluche de ce Paris mondain friand de scandales. Souvent vêtue à la George Sand d’un pantalon et d’une redingote, elle s’attira l’ire des bourgeois dans une société où les femmes devaient, pour s’habiller en homme, obtenir une autorisation de la Préfecture de police. Insoumise, elle revendiquait l’égalité avec crânerie. Gare à ceux qui se permettaient sur son passage une réflexion déplacée : la réplique toujours mordante était fonction de l’attaque car Liouba maniait avec autant de verve la langue des charretiers que celle des classiques. À plusieurs reprises, elle évita de justesse les poursuites de la justice grâce à quelques admirateurs progressistes qui intervinrent pour elle.

Alexis Vassilkov ou la vie tumultueuse du fils de Maupassant - par Bernard Prou

Partager cet article

Repost 0
Nos Pistes Cyclables
commenter cet article

commentaires

rosemar 24/02/2017 16:31

Etonnante histoire fondée sur la réalité ! Littérature, art pictural, tout cela est très alléchant : merci pour cette découverte, LH;

Bises

L. Hatem 24/02/2017 18:29

Un plaisir de partager, rosemar...
Bises

fatizo 23/02/2017 20:53

Elle parait bien belle sur les tableaux de Renoir.
Mais bon, ce n'est pas étonnant, les slaves sont si jolies.
Bonne soirée l'ami.

L. HATEM 23/02/2017 21:15

Elles sont vraiment jolies...

ALEA JACTA EST 23/02/2017 19:15

L' histoire de ce fils est absolument époustouflante.Il arrive à se retrouver médecin de Staline, connaître le goulag, viendra en France et sera grand résistant.Un personnage qui traverse le siècle de manière engagée.
La chronique de Collard donne vraiment envie de lire ce livre.Une histoire vraie qui pourrait devenir aussi un très bon film.Une production franco-russe ! Avis aux metteurs en scène en manque de sujets.
Merci pour cette découverte
Bonne fin de soirée l' ami

L. HATEM 23/02/2017 20:05

C'est un collègue de travail qui me l'a recommandé... je n'en reviens toujours pas !

Flag Counter