Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Nos Pistes Cyclables
  • Nos Pistes Cyclables
  • : A bas les éclats de verre sur les Pistes Cyclables !
  • Contact

Ce Blog

humour-blog

3 janvier 2014 5 03 /01 /janvier /2014 20:00

Bonne Année 2014 à tous, bonne santé !

 

Jeanne Darc (et non pas d'Arc, comme l'orthographiait Eugène Sue) est encore une enfant, pendant la Guerre de Cent Ans, lorsqu'éclate une bagarre entre les enfants de deux villages... Domrémy et Maxey...

 

 

"...Soudain Jeannette entend au loin une rumeur, d’abord confuse et qui, se rapprochant de plus en plus, est bientôt accompagnée de ces clameurs poussées par des voix enfantines : Bourgogne et Angleterre ! auquel répond cet autre cri : France et Armagnac !

 

Presque aussitôt une troupe de garçonnets de Domrémy apparaissent au tournant de la lisière du bois, fuyant en désordre sous une grêle de pierres que venaient de leur lancer les garçonnets de Maxey.

 

L’engagement avait été vif, la victoire vaillamment disputée à en juger par les vêtements en lambeaux, les yeux contus et les nez saignants des plus héroïques de ces bambins ; mais, cédant à la panique, ils se sauvaient à toutes jambes, en pleine déroute.

 

guerre-des-boutons.jpg

 

Leurs adversaires, satisfaits de la victoire, essoufflés de leur course, et craignant sans doute les abords de Domrémy, place forte de l’armée en retraite, s’arrêtèrent prudemment à la limite du bois qui les cachait, et répétèrent par trois fois le cri triomphant : Bourgogne et Angleterre !

 

Ce cri victorieux fit bondir Jeannette, transportée de colère, de honte en voyant ceux de son village qui combattaient pour la Gaule, pour le roi, fuir devant les partisans de Bourgogne et d’Angleterre ; aussitôt s’élançant vers un adolescent de quinze ans, nommé Urbain, capitaine de la troupe fuyarde, brave soldat du reste, car il avait la tête fendue d’un coup de pierre, et son bonnet restait au pouvoir de l’ennemi, la bergerette arrête ce garçonnet par le bras et, indignée, s’écrie :

 

– Quoi… tu te sauves !

– Tiens, je crois bien ! – répondit le capitaine hochant la tête, et essuyant avec une poignée d’herbe son front ensanglanté ; – nous nous sommes battus tant que nous avons pu… mais ceux de Maxey sont une vingtaine, et nous ne sommes que onze !… Nous n’en pouvons plus…

 

guerre-enfants.jpg

 

Jeannette frappa du pied et reprit :

– Vous avez la force de vous sauver… et vous n’auriez pas la force de vous battre !

– D’abord ils ont des bâtons, et ça n’est pas de jeu…

– On fonce sur eux et on les prend, leurs bâtons !

– Ça t’est bien aisé à dire, Jeannette !

– Aussi aisé à faire qu’à dire ! – s’écria la bergerette ; – tu vas le voir… Venez ! venez !…

 

Et sans s’inquiéter si elle était ou non suivie, cédant à un élan involontaire, elle prend sa course vers l’ennemi, alors masqué par un massif d’arbres, et s’écrie d’une voix forte en agitant sa quenouille en manière d’étendard :

– France ! France ! hors d’ici Bourgogne et Angleterre !

 

Jeannette, pieds nus, bras nus, en manche de chemise blanche et en jupe écarlate, avec son petit chapel de paille sur ses longs cheveux noirs, la joue animée, le regard brillant, inspiré, était en ce moment si entraînante qu’Urbain et les autres garçonnets se sentirent soudain réconfortés, soulevés ; ils ramassent des pierres, et se précipitant à la suite de la bergerette qui, dans sa course rapide, semblait à peine effleurer le gazon, ils s’écrient comme elle avec exaltation : « – France ! France ! hors d’ici Bourgogne et Angleterre ! »

 

Les soldats de l’armée ennemie, dans la sécurité du triomphe, ne se doutant pas du ralliement de leurs adversaires, jusqu’alors masqués par les arbres, s’étaient arrêtés à deux cents pas de là et se reposaient sur leurs lauriers en se vautrant sur l’herbe fleurie, cueillant des fraises sauvages ou jouant à la poucette avec des cailloux ; d’autres, grimpés dans les arbres, cherchaient des nids d’oiseaux ; d’autres, enfin, perdus à travers les buissons, mangeaient des mûres.

 

la-guerre-des-boutons-2011.jpg

 

La reprise inattendue des hostilités, les cris soudains poussés par l’armée royaliste et par Jeannette, qui la commandait, surprirent fort l’armée bourguignonne ; elle fit cependant bonne contenance, son chef appela ses soldats aux armes : aussitôt les dénicheurs de nids dégringolent des arbres, les mangeurs de mûres accourent les lèvres empourprées, ceux qui commençaient à dormir sur le gazon se relèvent en se frottant les yeux ; mais avant que le corps de bataille soit formé, avant que les maraudeurs l’aient rejoint, les soldats de Jeannette, enflammés du désir de venger leur défaite, entraînés par l’élan de leur chef, fondent vaillamment sur l’ennemi aux cris redoublés de France ! France ! quelques enthousiastes poussent même le cri de À Jeannette ! à Jeannette !…

 

Nos héros prennent aux cheveux Bourguignons et Anglais, les gourment, les harpaillent avec tant de fureur, que, par un brusque revirement, les victorieux deviennent les vaincus, se débandent, prennent la fuite. Ce triomphe redouble l’ardeur des assaillants, animés du désir de rapporter quelques bonnets ennemis en guise de dépouilles opimes ; et le parti français de se mettre à toutes jambes aux trousses du parti anglais, Jeannette des premières. Elle avait intrépidement combattu, faisant rage à grands coups de sa quenouille, garnie d’un chantre épais, arme terrible et meurtrière… ainsi qu’on s’en doute !

 

Cependant les Anglais, stupéfaits de la soudaine apparition de la bergerette à la jupe écarlate, sortant du voisinage de la Fontaine-aux-Fées, dont la réputation suspecte s’étendait au loin dans la vallée, prirent Jeannette pour un farfadet ; la peur leur donna des ailes, et les Français se virent à leur tour vaincus… mais à la course. Les plus agiles de la bande s’égrenaient çà et là à la poursuite de l’ennemi ; et, haletants, essoufflés, harassés, tombaient sur le chemin ;

 

Urbain et deux ou trois autres des plus acharnés s’attachaient toujours aux pas des fuyards, à l’exemple de Jeannette ; celle-ci, en proie à une exaltation vertigineuse, ne s’occupait plus de ses soldats, ne voyait rien autour d’elle, attachant son regard étincelant sur un groupe d’Anglais qu’elle apercevait au loin et voulait atteindre ; il lui semblait qu’alors sa victoire serait complète.

 

photo_nouvelle_guerre.jpg

 

Mais les fuyards ayant beaucoup d’avance, elle désespérait de les rejoindre, lorsqu’en courant elle avise, paissant benoîtement dans un pré, un bon âne, indifférent aux hasards des combats ; agile et robuste comme une fille des champs, d’un bond elle saute sur le grison, le talonne, le pousse devant elle à grands coups de quenouille, l’excite de la voix, et le force de prendre le galop. Il se livre d’autant plus allègrement à cette allure, que la direction vers laquelle on le poussait était celle de son écurie ; il dresse les oreilles, lâche une joyeuse ruade qui ne désarçonne pas Jeannette, et court sus aux Anglais, qui, par malheur pour eux, suivaient le chemin de son étable. Ils n’avaient point songé, dans l’ardeur de la fuite, à regarder derrière eux ; mais entendant tout à coup les pas d’un animal galopant à leurs trousses et les cris victorieux de la bergerette, ils se crurent poursuivis par le diable, et de peur de quelque horrible apparition, ils se jetèrent à genoux les yeux fermés, les mains jointes, demandant grâce et miséricorde.

 

Jeannette, sautant à bas de l’âne, le laissa continuer sa route, menaça de son innocente quenouille ceux qui se rendaient à sa merci, et leur dit d’une voix vibrante et animée :

– Méchants ! pourquoi vous dire Bourguignons et Anglais, puisque nous sommes de France ? C’est contre l’Anglais qu’il nous faut aller… Hélas ! il nous fait si grand mal !…

 

la-guerre-des-boutons-.jpg 

 

Ce disant, la bergerette, en proie à une émotion indéfinissable, fondit en larmes, ses genoux vacillèrent, elle tomba sur l’herbe à côté des vaincus ; et ceux-ci, se relevant éperdus, s’enfuirent à toutes jambes.

 

Jeannette resta seule, tellement troublée, qu’elle ne savait si elle veillait ou si elle rêvait. Cependant, encore toute palpitante de la lutte, des aspirations confuses fermentaient dans son esprit ; elle venait de ressentir pour la première fois un élan d’ardeur guerrière provoquée par la honte d’une défaite subie aux cris victorieux de Bourgogne et Angleterre.

 

Oubliant que cette bataille puérile n’était qu’un jeu, indignée, révoltée de l’échec de son parti, elle avait vu ces enfants, réconfortés à sa voix, ranimés par son courage, entraînés par son exemple, retourner au combat et vaincre aux cris de France ! France !…

 

Eugène Sue, Les Mystères du Peuple, Volume XI

 

Images des films "La Guerre des Boutons" et de "La Nouvelle Guerre des Boutons", d'après le roman de Louis Pergaud.

 

boutons_roman.jpg

 

Guerre_de_cent_ans_-1435-.jpg

Territoires contrôlés par les Anglais, leurs alliés bourguignons et les Français en 1435

 

Jeanne_d-_Arc_-Eugene_Thirion-.jpg

Jeanne d'Arc ayant la vision de l'archange saint Michel, Toile d'Eugene Thirion (1876)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Mary Blue 29/01/2014 11:37


.


 Salut LH, Va bene?


 


AS tu vu Le loup de Walls Street, 


 


J'y suis allée quand même  à reculons... j'ai DETESTE  !


 


interminable , c'est une apologie de ce monde de la finance


 


 insupportable , 





le titre devrait être "La hyène de Walls Street"  ARF  !


 


Bises dégoulinantes du sud   , MB

L. HATEM 29/01/2014 12:09



La hyène, oui... ce ne sont pas des humains les financiers !


Bises



Mary Blue 18/01/2014 12:20


Coucou LH, 


passage rapido, côté ciné toujours...


tu vas te régaler, ta chouchoute Karine Viard est en première ligne   !


Bises bon week-end MB

L. HATEM 18/01/2014 13:36



Merci pour l'info MB...


J'ai vu : Certains l'aiment chaud !!! 


Bises



Mary Blue 16/01/2014 17:50


Coucou, LH, 


Hors Sujet,


suis allée voir Philoména de S.Frears , j'ai beaucoup aimé ... 


... et suis comme le journaleux, j'aurais pas pardonné ! 


 Bises  dear vélocipédeur MB 

L. HATEM 16/01/2014 18:25



Tu vois ? T'a aimé !


Faut jamais pardonner l'église de Rome... les autres non plus !


Bises



Mary Blue 11/01/2014 11:03


 Salut LH,


"Philomena", tu n'as pas oublié tes kleenex ?


Je vais cet aprèm aussi ,


voir je sais pas encore quoi ... en clopinant, j'ai "entorsé"


ma cheville droite, bon week -end


bises MB

L. HATEM 11/01/2014 13:05



Je viens de voir Philomena... j'avais les Kleenex... je te laisse en parler, moi je  prépare un article sur livre que je lis en ce moment...


Il fait doux à Paname...


Bises



Mary Blue 10/01/2014 22:59


Salut LH , pour compléter le comm de Lapin, merci  qui  ? , merci Wiki... 


Bises MB


Au xve siècle, dans le cadre de la guerre de Cent Ans, le Dauphin Charles, après avoir été déshérité à la suite du traité de Troyes signé en 1420, se retrouve en possession des villes d'Orléans, Beaugency, Cléry, Vendôme et Bourges.


Le Carillon de Vendôme est une chanson enfantine, qui décrit cet état de faits, et dont le texte est le suivant1 :






Mes amis, que reste-t-il ?
À ce Dauphin si gentil ?
Orléans, Beaugency,
Notre-Dame de Cléry,
Vendôme, Vendôme !

Les ennemis ont tout pris
Ne lui laissant par mépris
Qu'Orléans, Beaugency,
Notre-Dame de Cléry,
Vendôme, Vendôme !





Orléans, Beaugency, Cléry et Vendôme sont quatre communes situées dans l'actuelle région Centre et l'ancienne province de l'Orléanais ; Notre-Dame de Cléry désigne la basilique Notre-Dame de Cléry-Saint-André (Loiret).


À Vendôme, dans le Loir-et-Cher, on entend toutes les heures ce carillon, qui précède les coups de l'horloge Saint-Martin.

L. HATEM 11/01/2014 07:29



Ah, ça c'est sympa, MB ! Merci Merci...


Il ne me reste qu'à trouver la mélodie afin de pouvoir la chanter.


Bises plein. Je vais voir Philomena :-)


et lire un livre que j'ai reçu !



Lapin37 07/01/2014 12:26


Bonjour tous, L Hatem, je t'offre cette comptine, Le Carillon de Vendôme, qui a été inventée à l'époque, et sans doute chantée par Jeanne  ;-)))


"Ah mon Dieu que reste-ty


A ce bon Roi si gentil ?


Orléans, Beaugency, Notre-Dame-de-Cléry,


Vendôme, Vendôme !"


Bonne journée, bises.

L. HATEM 07/01/2014 22:15



Il faut me l'expliquer cette comptine, Lapine, pliz !



Mary Blue 05/01/2014 21:15


 MDR ! ! T'oses pas dire en public que t'as été voir  "Nymphomaniac " ... pliée !


 C'est une version édulcorée en plus, les scènes les plus hard ont été coupées


Alors , au Masque et la Plume , les avis sont partagés... j'aime pas trop ce cinéaste et


en plus ce que j'en entend ne m'incite pas .. et tu iras voir la suite  ?


Bises dear , MB


 

L. HATEM 05/01/2014 21:52



Je préfère des films comme walter mitty...



Mary Blue 05/01/2014 20:51


Pffffff !  ben non ,


suis confuse y'a pas d'erreur , après relecture, tu dis bien,


c'est juste que ta phrase est coupée, je te présente mes excuses les plus plates 


" Jeanne  Darc comme  l'orthographiait  Eugène Sue"  ...et non pas d'Arc , 


 


 


MB zéro pointé !


ps ciné :et tu as aimé le Scorsèse, pas trop long ?


 et pas vu le Lars von Trier ? , je n'irai ni à l'un ni à l'autre ...


j'ai programmé  le géant demain


Bises MB, la tehon aux joues 

L. HATEM 05/01/2014 21:01



Mais non, c'est toi qui as raison, ma phrase prête à confusion !!!


Lars von machin, oui mais je n'ose pas l'avouer en public...



Mary Blue 05/01/2014 19:13


oups: t'as vu quoi au ciné cette semaine ?


Salut la foule 

L. HATEM 05/01/2014 20:07



Eh ben, comment dire...


J'ai vu Le Géant Egoïste, mais pas compris la pertinence du titre... Qui est le géant et qui l'égoïste ???


Et puis des films interdits aux mineurs comme toi Le loup de Wall Street...



Mary Blue 05/01/2014 19:12


Coucou LH,  


donc Eugène orthographiait Jeanne "Darc" ...sans apostrophe ,


c'est vrai j'ai vérifié ben oui quand même 


 permets moi alors de t'apostropher ... .


pour que tu rectifies un détail  ...au début de ton article, oui là : 


Jeanne Darc (et non pas d'Arc, comme
l'orthographiait Eugène Sue) 


 


Bises du soir  MB

L. HATEM 05/01/2014 20:04



Ah ouiiiii, je me suis donc mal exprimitionné !!!


J'aurais dû dire comment déjà ?


Jeanne Darc, comme l'orthographiait ES, et non pas d'Arc...


Quel oeil, MB, je suis fier de toi... Mais je ne peux plus corriger ! Fais-en un article pour m'épingler ! Ca va faire jaser ! Tu peux l'intituler : "Leçon de français correct N° 1" MDR !


Tu as gagné plein de bises !



mammicha 05/01/2014 09:14


bonjour L , bonjour à tous


j'ai jamais bien compris l'histoire de la Jeanne, comment cette gamine s'est retrouvée chef des armées du roi,et a fini abandonnée pieds et poings liés par ce dernier à l'ennemi ,


je passe surtout pour vous souhaiter  à tous une belle et heureuse année 2014,


Que 2014 soit ton année,
Que le bonheur soit ton allié,
Que le sourire soit ton invité,
Et que la joie embellisse tes journées.
Je te souhaite une merveilleuse année ! 


bon dimanche ,


bises

L. HATEM 05/01/2014 11:34



Moi non plus, je n'ai pas compris comment un roi est capable d'un tel oublie et abandon...


Bises de 2014 pour toi et tes livres !



Mary Blue 04/01/2014 12:20


oups sorry ....


.pour la nouvelle guerre des boutons...transposée dans les années de


l'occupation tu en parles ...http://youtu.be/8eneyMg9VCk


j'ai encore été distraite ou lu trop vite grrrrrrrrr! 


et l'autre http://youtu.be/CdeTRD-AaLs 


et  enfin ma préfèrée en noir et blanc :http://youtu.be/Ne30s-lIv_4


bises MB

L. HATEM 05/01/2014 11:32



Le film de 1962 !!!



Mary Blue 04/01/2014 12:11


Bonjour LH, 


mais alors Pergaud aurait " adapté " Eugène...


en transposant Sue à son époque ? 


Limite du plagiat même, en ajoutant des prises de guerre,  les fameux boutons ...


 


Pour tes références filmiques, il n'y a qu'une seule adaptation valable de romen


du franc- comtois, c'est celle d'Yves Robert,  les deux suivantes ...oui deux la


même année ne sont pas à la hauteur, l'autre que tu ne nommes pas  c'est "La


nouvelle guerre des boutons "  de Christophe Barratier arf !


http://youtu.be/8eneyMg9VCk 


et en plus tournée en


Auvergne , n'importe nawak !


Bonne année dear vélocipédeur,  des bises bien mouillées MB


Salut la foule  et meilleurs voeux!


PS je suis passée chez Fatizo commenter "Suzanne" 


 

L. HATEM 05/01/2014 11:31



Pergaud aurait lu Sue ?  Alors que personne en France ne lit Sue apart moi... :-)


Je n'ai pas vu la guerre des boutons, le premier, par contre j'ai vu les deux nouveaux la même semaine !


Bises MB



fatizo 04/01/2014 10:51


Vite, une nouvelle Jeanne D'arc ou Darc pour nous sortir de ce m.....


Bon week-end L Hatem

L. HATEM 05/01/2014 11:29



Arlette n'est plus... il ne reste que Marine ! :-(



emmanuel cockpit 04/01/2014 10:12


L'avait une sale gueule sur la carte, la France ! Y'avait même pas l'Alsace...

L. HATEM 05/01/2014 11:28



Mais si, mais si, l'Alsace était toujours là... mais en rouge !



marie-cerise 03/01/2014 21:05


J'ai vu 50 fois " La Guerre des boutons" que,  gamins ,  mes filles et mes neveux se remettaient systématiquement chaque fois qu'ils se retrouvaient ! Par contre , je découvre le rôle
de Jeanne !


  Merci de parfaire ma culture !


  Bises à toi !

L. HATEM 03/01/2014 22:59



Je vous fais profiter du perfectionnement de la mienne... de culture...


Bises MC



Flag Counter